En raison de travaux liés à l’installation de notre prochaine exposition temporaire, le sous-sol du musée ne peut plus être visité. En compensation, le tarif réduit est  appliqué aux visiteurs qui auraient dû payer le plein tarif. Merci de votre compréhension.

Un esprit saint pour un corps enfantin

Ce sarcophage du IVe siècle n’est pas très grand, et c’est normal. En effet, il a été sculpté pour un enfant. Ce n’est jamais très joyeux, mais c’est ainsi. Pourtant, ce petit être n’a pas été le seul occupant de cette tombe, puisqu’il a peut-être partagé sa dernière demeure avec une personnalité gasconne : saint Clair d’Elusa (Éauze, important site archéologique romain du Gers).

Face avant de la cuve d'un sarcophage. Pour la description précise, se reporter au texte de présentation.
Photo : Daniel Martin (Licence ouverte-Etalab).

Ce sarcophage a été découvert dans le prieuré Saint-Orens d’Auch, aujourd’hui disparu. Il y servait de support à la table d’autel, dédiée à l’évêque Clair d’Aquitaine, quand il a été récupéré en 1806. C’est pourquoi on a supposé qu’il contenait les restes du défunt prélat.

Mais comment se fait-il qu’un saint et un enfant aient partagé le même sarcophage ? Eh bien, rien de plus simple : entre le VIe et le XVIIIe siècle, l’Église avait dû trouver le décor de la cuve à son goût, et souhaité réutiliser le sarcophage pour l’évêque, dans l’attente du Jugement dernier.

Et en matière de décor, il y avait une vraie narration, digne des meilleures bandes dessinées. Trois des quatre faces représentent les scènes de la Bible parmi les plus réputées.
Sur la face principale, rien de moins que trois évènements : à gauche, Jésus ressuscite Lazare ; au centre, il multiplie les pains, entouré de ses disciples ; enfin, à droite, Abraham s’apprête à sacrifier son fils Isaac avant qu’une intervention divine ne vienne le remplacer par un mouton.

Les deux petits côtés ne sont pas en reste. Sur l’un d’eux, Adam et Ève sont debout, de part et d’autre de l’arbre autour duquel s’enroule un serpent. Sur l’autre petit côté,  le prophète Daniel lève les bras, entouré par deux lions prêts à le dévorer.

Cette succession de scènes bibliques décrit le cycle complet du Salut, depuis le Péché Originel jusqu’à la Résurrection : les scènes de l’Ancien Testament annoncent la naissance du Christ et son sacrifice, alors que celles du Nouveau Testament renvoient à la promesse du Salut du corps et de l’âme après la mort. Ces scènes se retrouvent très fréquemment dans le premier art chrétien, notamment sur des sarcophages du Sud-Ouest de la France. Une marque de fabrique en somme. Sur le petit côté gauche, celui avec la scène d’Adam et Ève, peut-être avez-vous remarqué qu’un petit trou traverse la cuve ? Son interprétation est encore débattue : s’agit-il d’un percement utilisé dans un contexte rituel, ou bien d’une évacuation créée si le sarcophage a été réemployé en fontaine ou mangeoire, comme c’est arrivé à bon nombre de sarcophages de l’Antiquité ?

LE PETIT + AU MUSÉE

Cette œuvre fait partie notre showroom de sarcophages YODO : à vous de créer votre sarcophage idéal tout en découvrant la signification des motifs représentés !

FICHE TECHNIQUE

Désignation
Cuve de sarcophage dite « tombeau de saint Clair »

Matériau
Marbre

Lieu de découverte
Église Saint-Orens, Auch (Gers)

Date de fabrication
IVe siècle

Numéro d’inventaire
Ra 825

Localisation
Parcours permanent, sous-sol

POUR ALLER PLUS LOIN

Face latérale gauche de la cuve d'un sarcophage. Au centre un pommier. Un serpent s'enroule autour de son tronc. Sa tête est dirigée vers la droite, vers une femme, nue, qui cueille une pomme. Il s'agit d'Eve. De l'autre côté de l'arbre, se trouve un homme nu : Adam.
Photo : Daniel Martin (Licence ouverte-Etalab).
Face latérale droite de la cuve d'un sarcophage. Au centre, un homme nu vue de face, Daniel, lève les bras en l'air. Il est encadré par deux lions rugissants qui se tiennent à ses pieds.
Photo : Daniel Martin (Licence ouverte-Etalab).