Pour visiter l’exposition « Cathares ». Toulouse dans la croisade, nous vous conseillons vivement de prendre votre billet en ligne afin d’éviter l’attente en caisse.

Mi-homme, mi-cheval, mi-cuillère

Pas évident de comprendre la fonction de cet objet à première vue… Et c’est bien normal, car une partie importante a disparu ! Il s’agit d’un manche, probablement de cuillère. Ce n’était certainement pas une vulgaire cuillère servant à manger de la bouillie de pois chiches car… elle est en ivoire d’éléphant ! Et elle est finement décorée. Regardez le niveau de détail, difficile d’imaginer que cet objet ne fait que 9 cm de hauteur. Cet objet était donc précieux, et servait probablement lors de rites religieux.

Manche en ivoire. Sur la partie supérieure du manche un centaure est sculpté. Il est assis. Au-dessus de ce corps de cheval, la partie humaine du centaure se tient droite. Le visage du centaure est barbu, et il est en train de jouer d’une lyre. Sous le centaure un trépied est représenté. Sur chacun de ces pieds se trouve, en haut, un petit personnage qui tient des objets, et en bas une patte de lion. Le trépied repose sur un cylindre sur lequel sont représentés des masques.
Photo : Daniel Martin (Licence ouverte-Etalab).

Ce manche a été découvert en 1989, à Toulouse, dans le quartier de la cathédrale Saint-Étienne. Pour être plus précis, il a été retrouvé dans un remblai de démolition de la fin du IIe siècle, rue Saint-Jacques.

Vous avez peut-être reconnu la créature qui est représentée : c’est un centaure. L’artisan tabletier qui a réalisé cet objet n’a pas inscrit le nom du centaure mais pour le deviner, il suffit de l’observer de près. Le centaure tient dans ses mains une lyre.

La lyre est un instrument de musique qui, dans la mythologie, a été inventé par le dieu Hermès/Mercure puis offert à Apollon. Apollon a enseigné la musique au centaure Chiron : c’est donc lui qui est représenté ici. Mais pourquoi est-ce forcément Chiron ? En fait, les autres centaures ne jouent pas de la musique, car ils représentent le monde sauvage et la cruauté. Chiron fait exception, il est plus proche des dieux et héros que de ses congénères. Dans l’Iliade, on parle même de lui comme du « plus juste des centaures ». Réputé pour sa sagesse et ses connaissances, il devient le professeur des héros comme Achille, Jason ou même du dieu Asclépios/Esculape. D’ailleurs, c’est Chiron qui a inspiré le centaure Firenze dans la saga Harry Potter !

Un autre élément nous indique qu’il s’agit de Chiron. On sait que le centaure qui se trouve sur ce manche est proche d’Apollon. Regardez, il n’est pas assis n’importe où, il se trouve sur un trépied. Or le trépied est le symbole d’Apollon !

Détail du manche de cuillère en ivoire. Sur la partie supérieure du manche un centaure est sculpté. Ici il est vu de côté. Il est assis. Ses jambes arrière sont étendues au sol, et ses jambes sont relevées. Au-dessus de ce corps de cheval, la partie humaine du centaure se tient droite. Le centaure porte des cheveux longs et bouclés, et sa barbe est également longue et bouclée. Il tient un instrument à cordes dans ses mains, une lyre, dont il joue. Son ventre nu est proéminent et le nombril est bien marqué. Le centaure est assis sur un trépied dont seule la partie supérieure est visible sur ce détail. Le bord du trépied porte des petites encoches régulières. Le pied visible est décoré sur sa partie supérieure d’un petit personnage dans un cadre et qui tient un objet sur son épaule gauche. Une guirlande relie deux pieds du trépied.
Photo : Daniel Martin (Licence ouverte-Etalab).
Détail du manche en ivoire. Sur la partie supérieure du manche un centaure est sculpté. Ici, il est vu de dos. Il est assis, tient une lyre dans ses mains. Il porte des cheveux longs et ondulés qui descendent sur sa nuque. Le centaure est assis sur un trépied dont seule la partie supérieure est visible sur ce détail. Le bord du trépied porte des petites encoches régulières. Le pied visible est décoré sur sa partie supérieure d’un petit personnage tenant des objets.
Photo : Daniel Martin (Licence ouverte-Etalab).

Et si on se rapproche encore un peu plus, on peut voir des petits personnages au-dessus de chaque pied. Ils tiennent des objets qui ont un lien avec le dieu du vin, Dionysos/Bacchus : une torche, un vase, un tambourin, une outre de vin et un thyrse (le bâton de Bacchus). Que vient donc faire Bacchus sur ce trépied ? Eh bien il se trouve que Bacchus est lié à Apollon, car il le remplaçait, l’hiver, dans son temple, à Delphes !

Cet objet très précieux a donc certainement appartenu à un Romain cultivé ou à une association religieuse en charge d’un culte, qui avait les moyens de faire venir à Tolosa un objet en ivoire d’éléphant.

LE PETIT + AU MUSÉE

Vous pouvez manipuler un modèle imprimé en 3D et agrandi pour découvrir tous les détails.
Une piste de notre audioguide décalé est dédiée à cet objet

FICHE TECHNIQUE

Désignation
Manche sculpté au centaure jouant de la lyre

Matériau
Ivoire d’éléphant

Lieu de découverte
Rue Saint-Jacques, Toulouse (Haute-Garonne)

Date de fabrication
Ier-IIe siècle

Numéro d’inventaire
D 98.2.1

Localisation
Parcours permanent, 2e étage