Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél : 05 61 22 31 44. Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h. Entrée gratuite pour tous jusqu'au 21 octobre

Figurines en bronze d'hommes bossus




Homme bossu au coq
Bronze
H. 6,9 cm, Larg. 5,4 cm, P. 3 cm
Époque hellénistique ou romaine
Prov. Collection de Manuel Godoy, prince de la Paix (?) ; collection du Comte de Clarac, acquis à Saragosse (Espagne), inv. 25634 A

La statuette représente un homme bossu, debout et nu, une simple ceinture nouée autour des hanches, les jambes pliées. La main gauche tient une lagène. Un coq, fermement maintenu par la main droite, accrochent ses doigts au genou et à la ceinture de l'homme.  Physionomie et anatomie sont particulièrement réalistes : front ridé, oreilles décollées, nez aiguisé, sourcils froncés, barbe bien dessinée et peau lâche au niveau du torse formant des plis. En raison de la quasi absence de cou, la tête, hypertrophiée, s'enfonce entre les épaules. La bosse dans le dos est portée à droite.
Le coq, dont le rôle prophylactique est probable, pourrait évoquer l'offrande à une divinité. S'agirait-il d'une allusion à Asclépios/Esculape, un dieu qui avait le pouvoir d'apaiser les souffrances ? C. Picard avait, d'autre part, vu dans la lagène une allusion à la fête d'essence populaire dénommé Lagynophorie durant lesquelles, à Alexandrie, le menu peuple apportait du vin dans des lagènes. Et il est vrai que ces figurines obéissent au courant réaliste en faveur dans certains ateliers de sculpteurs orientaux de l'époque hellénistique et pourrait renvoyer à la sphère alexandrine.

E. Roschach, Musée de Toulouse. Catalogue des antiquités et objets d'art, n° 546, Toulouse, 1865 ; C. Picard, « Le nain bossu au coq, de Strasbourg, et les lagynophories alexandrines », in Gallia, T. XVI, fasc. 1, Paris, 1958.
Photo MSR CC BY-SA 4.0
Photo MSR CC BY-SA 4.0

Homme bossu
Bronze
H. 9,9 cm, Larg. 4,5 cm, P. 4,7 cm
Époque romaine
Prov. Trouvé dans les environs de Pézenas (Hérault), lors de travaux du Chemin de Fer du Midi, acquis en 1877 par É. Barry ,inv. 25635

La tête penchée en arrière, légèrement tournée vers la gauche, le personnage nu lève les yeux au ciel. Son visage, très expressif, est représenté avec finesse, le front est traversé de larges rides, les sourcils sont saillants et les yeux, dont les pupilles sont figurées par un petit trou, sont incrustés d'argent. Les cheveux sont courts, les mèches peignées vers l'avant sont finement gravées. Les jambes sont fléchies, le poids du corps portant sur la jambe gauche. Le phallus est énorme. Les bras sont pliés et deux doigts de la main droite sont tendus dans un geste de conteur. Le pouce de la main droite est absent ainsi que les doigts de la main gauche qui tenait peut-être un objet. Les pieds ont été sciés et soudés lors d'une restauration ancienne. La malformation, double, du bossu, est couverte d'excroissances, des tumeurs sans aucun doute, à l'image de celle située sous la fesse gauche.
L'individu semble atteint d'une cyphoscoliose, ou double déformation de la colonne vertébrale. Les masses de tumeurs cutanées font penser à une neurofibromatose, également connue, depuis la fin du XIXe siècle, sous le nom de maladie de Recklinghausen.

E. Roschach, Histoire graphique de l'ancienne province de Languedoc, p. 511, Toulouse, 1904.
Photo MSR CC BY-SA 4.0
Photo MSR CC BY-SA 4.0

Lu 147 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter