Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7. 10:00-12:45 / 14:00-18:00. Gratuit pour les - 18 ans. Gratuit pour tous chaque premier dimanche du mois.


Septime Sévère




Buste en marbre de Septime Sévère découvert sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne). Vers 200-211. Inv. Ra 66b.© J.-F. Peiré
Buste en marbre de Septime Sévère découvert sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne). Vers 200-211. Inv. Ra 66b.© J.-F. Peiré
Le siècle des Antonins s’achève en 192 avec l’assassinat de l’empereur Commode.
Après les courts règnes de Pertinax et de Didius Julianus, Septime Sévère inaugure une nouvelle dynastie.
Originaire de Leptis Magna, en Afrique romaine, il favorisera tout particulièrement cette cité, considérablement restructurée dans son urbanisme et parée de monuments fastueux. Septime Sévère, l’Africain, est décrit comme un individu petit, au cheveu frisé et au fort accent punique. Il épouse en seconde noce Julia Domna, fille d’un grand prêtre du dieu Baal d’Emèse, en Syrie (actuelle Homs).

Avec l’impératrice et sa cour, l’Orient pénètre ouvertement à Rome et dans la religion, les coutumes et la mode vestimentaire en sont profondément marquées.

Geta et Caracalla (c) J.-F. Peiré
Geta et Caracalla (c) J.-F. Peiré
Leurs deux fils, Lucius Septimus Bassianus (surnommé Caracalla) et Lucius Septimus Geta, destinés à régner conjointement, seront séparés par la jalousie et la mort du second, assassiné par son propre frère. Les portraits de ces deux enfants sont d'ailleurs présentés à proximité de ce buste de Septime Sévère.

Les portraits de Septime Sévère reprennent des caractéristiques de ceux de la dynastie précédente. Il cherche ainsi à se légitimer. Ce grand buste couronné de chêne est l’un des quatre portraits de cet empereur découverts à Chiragan.

Drapé dans le paludamentun, le grand manteau des généraux, Septime arbore surtout, à l’image du portrait d’Auguste, la couronne de chêne dite couronne civique. Par cette référence, il se pose comme le nouveau Sauveur de l’État. Cette qualité est peut-être confirmée par les quatre mèches verticales qui se détachent sur le front. Elles seraient une assimilation ou un hommage au dieu gréco-égyptien Sérapis, souvent représenté avec cet attribut capillaire qui symbolise le renouveau et dans le temple duquel l’empereur s’était rendu lors de son voyage en égypte.

Parallèlement, vers 200, les monnaies confirment cette association de Septime Sévère au dieu du Delta du Nil.
 

Si vous souhaitez observer la sculpture avec une vue 360°, cliquez ici.

 


Lu 1908 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest







Inscription à la newsletter