Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7. 10:00-18:00. Gratuit pour les - de 18 ans. Gratuit pour tous chaque 1er dimanche du mois.

Portrait de Tranquillina (?)



Portrait de Tranquillina (?) découvert sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne)


© Jean-François Peiré
© Jean-François Peiré

Tranquillina

Acquis entre 1897 et 1899
Marbre de Göktepe (Turquie) sculpté entre 241 et 244
H. : 50 cm ; l. : 34 cm ; P. 21,5 cm

La tunique plissée, attachée sur l'épaule droite par de petits boutons, est très souple et délicate. Le manteau forme un large demi-cercle qui valorise le portrait. Dans le cou, la surface piquetée prouve que la partie basse du chignon était rapportée. On connaît dix autres portraits, basés sur le même type, conservés à Rome, Copenhague, Dresde, Florence, Liverpool et Londres. Ceci prouve qu'il s'agit bien ici d'une représentation impériale. Cette très jeune femme, à l'expression mélancolique, serait Tranquillina. Fille de Timésithée, connue pour sa beauté, son caractère doux et ses mœurs pures, Tranquillina épousa Gordien et devint impératrice, avant de recevoir le titre d'Augusta.

© Jean-François Peiré
© Jean-François Peiré
Les matrones romaines lui font élever une statue, et plusieurs monuments lui sont dédiés dans les provinces romaines, signe qu'elle était appréciée en tant qu'impératrice.
En 243, son père meurt et est remplacé par Philippe l'Arabe. Gordien se fait tuer en février 244 et Philippe devient empereur. Mariée à l'empereur en 241, elle mourut trois ans plus tard, très jeune. Elle ne subit pas de condamnation à l'oubli après sa mort (damnatio memoriae) ce qui explique sans doute l'existence des répliques, nombreuses pour cette époque, encore conservées.

Inv. Ra 166

Pour plus d'informations sur cette œuvre, rendez-vous ici.

Lu 65 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter