Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7, de 10:00 à 18:00. Gratuit pour les - 18 ans. Gratuit pour tous chaque premier dimanche du mois.


Mosaïques




© J.-F. Peiré
© J.-F. Peiré

Ensemble de mosaïques découvert au XIXe siècle à Saint-Rustice (Haute-Garonne). IVe ou Ve siècle.
Inv. Ra 20c - Ra 20b - D.70.1.1.
Cet ensemble de mosaïques provient d’une villa romaine, un domaine agricole qui comprenait une partie résidentielle somptueuse.
De ce domaine, on ne connaît que le plan de la salle qui avait reçu ce pavement, au IVe ou au Ve siècle.
La salle, longue de 13 m et large de 3 m, était agrémentée de six absides. On pense qu’il s’agissait du vestiaire d’un complexe thermal : l’apodyterium.

Toutes les créatures marines représentées appartiennent à l’univers du dieu Océan.
Le triton Nymphogénès souffle dans un long coquillage dont il ne reste que l’embout. Les tritons étaient les équivalents masculins des sirènes ; ils composaient le cortège escortant Neptune, le dieu de la mer.


© J.-F. Peiré
© J.-F. Peiré
Sur un autre fragment, figure une nymphe au-dessus de laquelle on peut lire le nom : « Dotô » ; mais ce nom fut placé ici lors d’une restauration de la mosaïque et n’est sans doute pas celui de la nymphe. Il s’agirait plutôt de « Ino » dont l’époux fut rendu fou par la déesse Héra. Pour lui échapper, Ino se jeta dans la mer où elle rejoignit le cortège des Néréides et fut divinisée. Elle prit alors le nom de Leucothée.

© J.-F. Peiré
© J.-F. Peiré
La néréide Thétis, fille de Nérée et mère d’Achille, est accompagnée de Triton qui joue de la flûte de pan.

© J.-F. Peiré
© J.-F. Peiré
La tête du dieu Océan mesure plus de 2 m.
Dans la mythologie grecque, Océan était l’élément liquide d’où provenaient toutes les formes aquatiques : les fleuves, les ruisseaux, les sources et les mers.

Les inscriptions désignant les divinités sont toutes rédigées en grec et non en latin, ce qui est rare en Gaule.
Est-ce le reflet d’un attachement à l’érudition de la culture grecque ou une mise en avant un peu ostentatoire et artificielle de l’engouement pour cette culture à la fin de l’Antiquité ?

Lu 2129 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest







Inscription à la newsletter