Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7. 10:00-18:00. Gratuit pour les - de 18 ans. Gratuit pour tous chaque 1er dimanche du mois.

Médaillon de haut-relief : Attis



Médaillon en marbre du dieu Attis découvert sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne)


© Jean-François Peiré
© Jean-François Peiré

Médaillon : Attis

Acquis entre 1826 et 1830
Marbre blanc (probablement de Saint-Béat) sculpté entre la fin du IIIe siècle et le début du IVe siècle
H. : 95 cm ; l. : 79 cm ; P. : 43 cm

Zeus avait voulu féconder Cybèle, une roche sur laquelle il laissa sa semence. De cette étrange union naît un hermaphrodite très violent, Agditis. Afin de le calmer, les dieux décident de le châtier ; le sang de ses testicules donne naissance à un grenadier dont l'un des fruits est mangé par une nymphe, Nana. Cette absorption la féconde à son tour et l'enfant qui naît portera le nom d'Attis. Cet enfant sera aimé par sa grand-mère (Cybèle) mais également par son père, le méchant hermaphrodite, Agditis.

Mais Attis préfère une princesse de Pessinonte (en Phrygie, au centre de l'actuelle Turquie) ; Cybèle tente alors de récupérer celui qu'elle veut prendre pour amant et fonce tête la première dans le rempart de la cité (dont elle conservera symboliquement les tours et les murs sur la tête). Agditis surgit à son tour et rend fou l'épouse et le beau-père d'Attis qui se tranchent, l'un les testicules, l'autre les seins. Alors, Attis, désespéré, s'auto-émascule sous un pin et meurt. Cybèle enterre ses testicules. Ainsi, les prêtres de Cybèle et d'Attis, les Galles, se castraient-ils lors de la fête de ces deux divinités, le 24 mars.

© Jean-François Peiré
© Jean-François Peiré
Le culte d'Attis est interdit sous la République car les rituels sont trop violents, pourtant, il se développe. Les pratiques sont tellement nombreuses sous l'Empire que l'empereur Claude reconnaît officiellement le culte d'Attis. Mais ce n'est véritablement qu'à partir du IIe siècle qu'Attis s'impose dans la religion romaine comme divinité propre.
 
L’œuvre découverte au sein des vestiges de la villa de Chiragan représente le jeune dieu sur un médaillon prenant l'aspect d'un bouclier (clipeus). Cette tradition de l'imagea clipeata (ou « image sur bouclier »), ainsi que le style de la sculpture, rappellent les ateliers tardifs orientaux dont ceux d'Aphrodisias (Turquie). Leur art fut à l'origine d'un véritable renouveau de la sculpture en Occident, durant l'Antiquité tardive.

Inv. Ra 34l

Lu 75 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter